AudiovisuelTournage

Comment gérer un invité pourri ? -Astuces d’interview-

By 26 septembre 2019 décembre 4th, 2019 No Comments

Bon, tout est prêt, la caméra est placée, les lumières aussi. Il ne reste plus qu’à accueillir les invités pour l’interview. On se dit que le plus dur est fait, qu’il ne reste qu’à poser les questions, appuyez sur le bouton et sélectionner les meilleures prises au montage.

C’est le cas.

Si vous savez mettre à l’aise les gens que vous interrogez.

Parce que sinon, ça peut être un enfer, aussi bien au tournage qu’au montage.

 

Alors ? Comment mettre à l’aise votre invité ?

 

D’abord, faisons un petit tour par la psychologie. Si vous deviez décrire l’état de la personne qui s’apprête à être interviewée, vous allez sans doute choisir le mot « stressé ». C’est exact mais imprécis. Je vous en propose un meilleur : hyper-vigilant.

C’est quoi l’hyper-vigilance ? C’est donner une attention maladive à tout ce qui se passe. Un exemple ? Il fait nuit, vous rentrez chez vous tranquillement. Soudainement, un groupe de personnes qui est derrière vous se met à commenter vos vêtements et votre manière de marcher d’une manière pas très rassurante. A ce moment-là, en une seconde, vous devenez hyper-vigilant : vous écoutez le son de leurs pas pour être sûr qu’ils ne vous rattrapent pas, vous regardez si l’ombre qu’ils projettent derrière vous se rapproche et vous êtes attentif à la moindre de leur parole.

C’est ça l’hyper-vigilance.

A ce moment, si vous étiez avec un ami stressé, vous seriez encore plus stressé. Alors que quelqu’un qui regarderait la situation avec le sourire vous rassurerait.

 

C’est la même chose en interview. Vous êtes le professionnel dans la salle, celui qu’on regarde, celui qui sait. Si vous stressez et que ça se voit, tout le monde va être tendu. Si vous souriez ou êtes confiant, tout le monde se sent bien. Alors ne montrez pas votre stress et garder un visage neutre ou souriant. Parce que l’émotion que vous montrez sera celle de votre interlocuteur.

D’ailleurs, c’est aussi un moyen de jouer sur le type de vidéo que vous voulez faire. Si vous souhaitez que votre invité ait un ton informel, détendu, il faut poser vos questions de manière informel (aussi bien au niveau du ton que du vocabulaire).

 

Transformer un invité en complice

Ça doit être votre but, faire collaborer vos invités pour qu’ils comprennent ce que vous souhaitez et enrichir l’interview. Comment on fait ça ? En expliquant le projet global. Qu’ils sachent pourquoi ils sont là.

Voilà ce que ça donne :

« L’objectif, c’est d’obtenir une vidéo de 10 minutes qui donnera un effet Wahou aux gens, qu’ils se disent « c’est super le service qu’ils proposent, je cherchais ce genre de features pour mon client mail et ils sont les seuls à proposer ça ».
Il faut donc être concret et donner le plus d’exemples possibles.
La vidéo sera diffusée sur le site et sur les réseaux sociaux ».

Pour résumer, ce qu’il faut c’est donner :

  • L’objectif de la vidéo
  • Le contexte de la situation
  • Le contexte de la diffusion
  • Le résultat final (longueur, format…)
  • Le ton que l’on souhaite

Par pitié, ne dites jamais la phrase « on a le temps, on fera autant de prises que nécessaire » à part dans un cas : si votre invité à déjà fait une interview qui a été diffusée et qu’il trouve raté, qu’il aurait aimé refaire.

Dans les autres cas, cette phrase, c’est juste une invitation à prendre plus de temps que nécessaire. Ce n’est pas ce que vous voulez. Vous le savez sans doute, vous n’êtes jamais aussi efficace que lorsque vous avez une deadline à court terme.

 

Guider la gestuelle et la parole

La voix et la confiance vienne du corps. Ce lien va dans les deux sens, c’est-à-dire que dans certains cas, la meilleure manière d’aider quelqu’un à parler, c’est d’agir sur sa posture et son regard.

Si la personne est debout, dites-lui bien d’ancrer ses pieds dans le sol, sinon, elle va bouger et vous allez vous retrouver avec un plan flou. Par contre, dites-lui bien qu’elle peut bouger les bras, voir forcez-la à le faire si elle est trop mal à l’aise.
Si elle est assise, pas de chaise ! C’est une horreur pour la posture et les gens ont tendance à mettre leurs mains entre les cuisses ce qui rend l’interview profondément ennuyeuse. Attention aussi aux gens qui croisent les jambes, parfois les genoux peuvent cacher les mains et devenir un obstacle entre l’invité et la caméra. Accessoirement, les gens qui croisent les genoux aiment passer d’une jambe à l’autre ce qui rend compliqué le travail de raccord entre les différents plans de l’interview, surtout si vous n’avez qu’une seule caméra.

Empêchez les gens de se bloquer, de regarder leurs pieds en permanence… Vous pouvez même en faire une forme de blague « Je t’assure, tes lacets sont faits, pas besoin de regarder tes pieds ».

 

Pendant que la personne parle, ayez l’air concentré, ne réagissez pas à ce qu’il dit. Pour beaucoup de gens, une rire ou un sourire peut avoir un effet déconcertant et couper le fil de leurs pensées.

Si vous avez des remarques à faire, faites-les à la fin de l’intervention. Une ou deux remarques à la fois, maximum. Si vous avez plus de choses à dire, dites-les au fur et à mesure, sinon, la personne n’aura pas le temps de les digérer. N’hésitez pas à lui demander des réponses plus ou moins courtes en indiquant les passages qui vous ont plu. Par contre, vous ne devez jamais essayer de mettre des mots dans la bouche des invités, vous pouvez l’inciter à se concentrer sur certains points qui sont plus pertinents pour vous, pas plus.

Pour guider leur regard, le meilleur moyen c’est de se mettre juste derrière la caméra (si vous faites du face caméra) ou le plus loin possible de celle-ci. Beaucoup de gens font l’erreur de se mettre juste à côté de leur caméra (mais pas exactement dans le même axe) et l’invité aura tendance à regarder la personne qui filme (qui sera sur le côté ou au-dessus) plutôt que la caméra. C’est très dérangeant niveau regard, quand on voit la vidéo on a l’impression que la personne regarde nos cheveux.

 

Les éléments à vérifier pendant l’interview

  • Bien laisser du silence au début et à la fin de la réponse. Si la personne enchaîne trop vite après la question, vos paroles et les siennes vont se superposer. Si vous réagissez trop vite une fois qu’elle a finit de parler, vous allez avoir du mal à couper la réponse.
  • Bien faire répéter les questions à la personne si vous voulez ne pas les inclure au montage (par exemple, si vous demandez « Quel est votre objectif pour 2019 ? », il faut que la réponse commence par « Mon objectif pour 2019 »…). Si par contre vous intégrez les questions (ou un panneau de texte), pas besoin de ça.
  • Dans le cas où vous filmez en face cam, il faut s’éloigner le plus possible de la caméra. Si vous êtes juste à côté d’elle, beaucoup de gens auront tendance à vous regarder plutôt que l’objectif de la caméra ce qui donnera un effet étrange à la vidéo.
  • L’une des choses qui marchent le mieux en interview, c’est le discours imagé. Ça peut vraiment aider l’audience à comprendre un sujet et c’est l’une des meilleures façons de clôturer une interview : « Ce parfum, c’est comme une caresse, comme du bonheur en bouteille ».
  • Et enfin, les bruits parasites. Une clim qui se met en marche, quelqu’un qui marche bruyamment, une ambulance qui passe au loin. Tout ça s’entendra, à vous de voir si ça fonctionne avec le contenu de la vidéo (j’ai fait une vidéo avec un médecin et une ambulance est passé juste au bon moment !)

 

Que faire en cas de soucis technique ?

J’utilise toujours la même phrase : « j’ai un souci technique, il me faut une dizaine de minutes pour régler ça, si vous voulez, vous pouvez vous prendre un verre d’eau ou une cigarette en attendant. ».

Au niveau de l’estimation de la durée d’attente, mieux vaut être large.

Ne donnez pas de détails, pour la plupart ils ne comprendront pas et ça peut même les stresser encore plus. Alors que tout le monde accepte les mots « soucis technique » à condition qu’ils soient accompagnés d’une durée.

 

Que faire si votre invité fait une réponse pourrie ?

Il y a plusieurs types d’invités : ceux qui ont un profil créatif et qui s’ennuient dès que l’on répète. Ils sont meilleurs pendant la ou les premières prises et plus le temps avance, moins ils sont motivés.

Il y en a d’autres qui ont besoin de temps pour rassembler leur pensée et trouver leur propos. Il faut leur laisser le temps et plus l’interview avance, plus ils sont bons (jusqu’au moment où la fatigue gagne si l’interview est longue). Souvent, vous les verrez construire leur discours au fil des répétitions (ils vont garder une partie de l’intervention 1 pour l’intervention 2, puis une partie de l’intervention 2 pour l’intervention 3… Jusqu’à ce que ce soit parfait).

Les deux ne s’abordent pas de la même manière. Si un créatif fait une réponse pourrie, il vaut mieux lui poser la question d’une autre manière ou lui donner une contrainte de temps, ça va le forcer à ne pas donner la même réponse et lui donner une impression de nouveauté qui le motive. L’ennemi de ce genre d’invité, c’est l’ennui.
Par contre, si vous êtes sur un profil un peu plus carré, une question trop différente va le stresser, il va prendre un peu temps pour se rassembler, pour trouver une réponse. Ce genre de profil, ils vont souvent vous demander une liste de questions avant l’interview. Les ennemis de ce genre d’invité, c’est la surprise et le dialogue intérieur, lorsqu’ils se mettent à quasiment apprendre par cœur leurs réponses et ressemblent à des robots. S’ils en arrivent là, passer à la suite et revenez à la question plus tard.

 

Quelques astuces peuvent aider :

  • La phrase : « Tu t’en sors bien, c’est normal d’être un peu en dialogue intérieur au cours d’une interview » (pour lui montrer que son attitude est normale) marche bien.
  • L’humour peut détendre beaucoup de choses
  • Débloquer la posture : si l’invité vient de « rater » la même question deux fois d’affilé, il s’est sans doute recroquevillé, vous pouvez le détendre à ce niveau en proposant des exercices de respiration par exemple.

Parfois, c’est le regard caméra qui peut poser problème, certaines personnes ont besoin de parler à quelqu’un et pas à un tas de verre et de métal. Dans ce cas, mettez-vous derrière la caméra (pour qu’en vous regardant, il regarde aussi la caméra).

 

Le mot de la fin ?

Toute bonne vidéo doit avoir une conclusion. Une bonne fin d’interview est presque toujours silencieuse : c’est l’invité qui vous regarde et sourit, ou qui regarde au loin d’une manière mystérieuse. Donc quand vous arrivez à la question finale, précisez bien à votre invité qu’à la fin de sa réponse il doit rester stable et silencieux. Pour le mettre à l’aise, dites-lui que c’est la fin de l’interview et félicitez-le, il sera content et soulagé d’un grand stress “c’est bientôt fini” se dit-il.
Et comment obtenir un sourire me direz-vous ? C’est simple, à la fin de sa réponse (si la réponse est bien évidemment, sinon on la refait), faites-lui une grimace. Une grosse grimace, sans prévenir. Ça marche toujours ! Si vous n’êtes pas à l’aise avec ça, un grand sourire ou une danse de la joie peut aussi provoquer l’effet escompté.

Si vous bloquez, un merci final ça marche toujours! Il suffit de dire “merci” avec un grand sourire à votre invité dès qu’il a terminé la réponse et à moins qu’il soit très stressé, il vous répondra gentiment.

 

Voilà, j’espère que cette article vous a aidé. Si vous avez des questions, vous pouvez m’envoyer un mail ou poser la question dans les commentaires.

Bonne journée !

Je fais souvent des fautes, si vous en voyez une, vous pouvez me le signaler en cliquant sur : Ctrl + Entrée .

Leave a Reply

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :